Rythme d’apprentissage plus dense, nouveaux enjeux, définition d’un projet d’études, premiers choix d’orientation… l’entrée en classe de seconde est un cap dans la vie d’un élève. Entre stress, excitation et questionnement, nous revenons avec vous sur les éléments importants à connaître et à prendre en compte pour une transition sereine entre la classe de troisième et celle de seconde. 

Profiter de l’été pour réviser ou se remettre à niveau

Si les vacances sont faites pour se détendre, elles sont également l’opportunité de revoir le programme de l’année écoulée, ou les grandes lignes du programme de collège, pour consolider ses connaissances et sa méthodologie. L’objectif : réviser sans stress ! Le plus important est de garder en tête l’impact qu’auront ces révisions à court terme, c’est-à-dire pour que la rentrée se passe en toute sérénité, et à long terme, pour assurer un apprentissage durable sur l’ensemble de son dernier cycle d’enseignement secondaire. Pour des révisions productives, voici quelques conseils à suivre :

  • Instaurer un planning et des objectifs qui conviennent au rythme de l’élève, 
  • Reprendre le référentiel du programme de la ou des années concernées pour travailler en priorité les matières à haut coefficient,
  • S’appuyer sur des supports de cours visuels : prise de notes, fiches récapitulatives, corrections d’examens,
  • Dégrossir le programme en se focalisant sur les notions essentielles et sur les matières qui posent problème,
  • Appliquer la méthodologie à l’aide d’exercices,
  • Ne pas se surcharger : vouloir revoir le programme en entier est contre-productif car les objectifs de révision deviennent inatteignables et créent de la frustration.
Des stages d’été pour mettre toutes les chances de son côté !

Organisés sur une courte période de temps, les stages d’été sont un excellent moyen de mettre les enfants dans une bonne dynamique d’apprentissage. Entourés d’élèves de leur âge et niveau, leur attention est stimulée, ils sont dans l’écoute active et participent. Entre chaque session, ils ont de petits exercices à faire en continuité avec les notions vues le jour-même. Ces stages ont pour objectif de reprendre les points clés du programme de l’année afin de s’assurer qu’ils soient compris et maîtrisés avant la rentrée.

Si les lacunes de l’élève sont trop importantes, une bonne alternative est de faire appel à un professeur particulier. Celui-ci saura lui proposer un accompagnement sur-mesure, adapté à ses besoins.

 

S’informer sur le programme de l’année, les enjeux et les modalités d’évaluation 

Le programme scolaire de seconde comprend des enseignements communs à tous les élèves : le Français, l’Histoire – Géographie, les Langues Vivantes A et B, les Sciences Économiques et Sociales (SES), les Mathématiques, la Physique-chimie, les Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), l’Éducation Physique et Sportive, l’Enseignement Moral et Civique, les Sciences Numériques et la Technologie. Les matières scientifiques ont pour objectif de favoriser la pratique expérimentale et de consolider la culture scientifique. Les matières littéraires et linguistiques, elles, permettent aux élèves d’ acquérir de nouvelles capacités d’expression, de développer leur réflexion et de mettre les connaissances acquises au collège au service de la compréhension des textes. Les reste des matières du socle commun leur apportent les notions et raisonnements essentiels en économie, sociologie, science politique, histoire, géographie, numérique ainsi que la conscience de leur santé et de leurs capacités physiques.

Depuis juin 2020, il n’y a plus de série L, ES, S en voie générale mais des parcours par spécialités que les lycéens peuvent choisir. Avec cette offre de formation enrichie, ils peuvent faire le choix d’un parcours personnalisé façonné selon leur envies et leurs projets. En première, 4 heures par semaine sont dédiées à chaque spécialité et se transformeront en 6 heures par semaine en Terminale. Retrouvez la liste des spécialités ici

Par ailleurs, la part de contrôle continu au baccalauréat a augmenté et vaut maintenant pour 40% de la note finale. Elle comprend 10% des résultats du bulletin et 30% d’évaluations communes. Les élèves de première générale passent deux sessions d’évaluations communes. Les épreuves de fin de cycle, elles, valent pour 60% de la note : 16% pour chaque enseignement de Terminale, 10% pour le Grand Oral, 10% pour les épreuves anticipées de Français en 1ère (5% oral, 5% écrit et 8% pour la Philosophie. Que ce soit en contrôle continu ou en épreuves terminales, ce sont les coefficients qui comptent car ils indiquent le poids que la matière va prendre dans la note finale. Étant donné que le total des coefficients est de 100, pour connaître la part d’une matière, il suffit de transformer son coefficient en pourcentage : l’Histoire-Géographie a un coefficient de 5, elle équivaut à 5% de la note finale.

Bien choisir ses options de spécialité 

Dès le premier trimestre de seconde, les lycéens sont amenés à faire leurs premiers choix d’orientation. Ils doivent proposer quatre spécialités qu’ils aimeraient suivre en classe de première et se positionnent, au 3ème trimestre, sur les trois spécialités qu’ils retiennent. Le choix définitif est déterminé en partie par les notes et les appétences pour certaines matières mais aussi et surtout en fonction d’un projet d’études réfléchi en amont. Sans parler de métier, il est tout de même nécessaire qu’ils définissent les secteurs qu’ils apprécient de sorte à ce que leur choix final ne leur ferme pas des portes. Les spécialités disponibles diffèrent selon les lycées, il est donc important de se pencher sur la question dès la fin du collège, afin de s’orienter vers le bon établissement.

Parce que faire ses propres choix c’est être acteur de sa scolarité, l’autonomie de l’élève dans sa prise de décision est à privilégier. Une aide extérieure peut tout de même s’avérer précieuse. Voici plusieurs manières d’orienter ses choix :

  • Cerner ses points forts et ses envies puis les recouper pour en déduire les choix de spécialités les plus adaptés à son profil. Il est judicieux de poser cette réflexion sur papier de sorte à y avoir accès facilement.
  • Utiliser Horizon 2021, une application développée par Onisep qui permet de tester les combinaisons de spécialités et de connaître leurs débouchés.
  • En seconde, les élèves bénéficient de deux heures d’accompagnement personnalisé pour combler les lacunes et les aider à définir leurs projets d’orientation ou de formation. Si ce court temps ne suffit pas, s’adresser à son établissement pour demander un accompagnement plus poussé. 
  • Se rendre sur Parcoursup pour regarder quelles spécialités sont demandées par les différents établissements

Gagner en autonomie et en organisation

Face aux nouvelles exigences du lycée, les méthodes de travail de collège ne sont plus forcément adaptées. Les professeurs attendent des élèves qu’ils soient davantage organisés et autonomes dans la gestion de leur emploi du temps, dans leurs révisions et surtout dans leur prise de notes. En effet, la qualité de la prise de notes, et en amont de l’écoute, est un facteur essentiel de la réussite des révisions. Pour que celle-ci soit efficace, trois règles majeures sont à mettre en application :

  • Conserver et mettre en évidence le plan du cours en hiérarchisant les titres des parties et des sous-parties, 
  • Repérer et mettre en avant les notions clés ou les idées principales (ces idées reviennent généralement à plusieurs reprises dans le cours),
  • Simplifier l’orthographe au maximum : supprimer les mots qui ne sont pas indispensables à la compréhension et privilégier les abréviations et symboles ( exemples : “!” pour “attention”, “Rq” pour “remarque”, “gvt” pour “gouvernement”…).

L’enjeu est majeur : il ne s’agit pas d’apprendre et de restituer du “par-cœur” mais d’enclencher une logique de réflexion pour chaque matière étudiée et de se servir de ses connaissances pour nourrir son projet d’avenir. Plus l’élève sera attentif et impliqué, plus l’apprentissage sera facilité et la réflexion pertinente. Gagner en autonomie sera d’ailleurs bénéfique à l’élève dans la construction de son projet. Il sera davantage à définir ce qu’il apprécie ou non.

Être autonome, ça s’apprend ?

Oui, devenir autonome s’apprend ! Il faut prendre le temps de s’observer dans son travail de façon à repérer les méthodes d’apprentissage qui fonctionnent le mieux (mémorisation visuelle, auditive, travaux de groupes, lecture…). Il faut ensuite les tester, pour s’assurer qu’elles conviennent à son profil, puis les appliquer à chaque matière. Apprendre c’est aussi rencontrer des difficultés et faire des erreurs. Pas à pas, il est important de prendre conscience de ses progrès et cette prise de conscience n’est possible que par l’auto-évaluation sur le long terme.